Qualitexte

Nous rendons vos créations irréprochables.

Demander une relecture

Tag Archive for Renouvo

Petit mémo sur la nouvelle orthographe

Pour la rentrée des classes, ces jeunes Groenlandais se sont mis sur leur trente-et-un.

Pour la rentrée des classes, ces jeunes Groenlandais se sont mis sur leur trente-et-un.

Ce qu’il faut retenir de la nouvelle orthographe

Voici quelques règles à retenir pour ne pas être surpris par les usagers de la nouvelle orthographe.

  • Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.
Ex. : vingt-et-un, deux-cents, trente-et-unième.

  • Dans les noms composés du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.
Ex. : un compte-goutte, des compte-gouttes ; un après-midi, des après-midis.

  • On emploie l’accent grave (plutôt que l’accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), et au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder.
Ex. : évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient.

  • L’accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et dans cinq cas d’ambigüité. 
Ex. : cout ; entrainer, nous entrainons ; paraitre, il parait.

  • Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).
Ex. : j’amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras.

  • Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français. 
Ex. : des matchs, des miss, des révolvers.

 

Des portemonnaies façon alligator.

Des portemonnaies façon alligator.

  • La soudure s’impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-, dans les mots composés avec des éléments « savants », dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère. 
Ex. : contrappel, entretemps, extraterrestre, tictac, weekend, portemonnaie.

  • Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s’écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en -otte (comme botter, de botte).
Ex. : corole, frisoter, frisotis.
 
  • Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots. 
Ex. : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer.

  • Enfin, certaines anomalies sont supprimées.
Ex. : asséner, assoir, charriot, joailler, relai.

(Source : Le RENOUVO, http://www.renouvo.org/enseignement.pdf

Voir aussi notre article “La nouvelle orthographe”.

Ce qu’il faut comprendre de la nouvelle orthographe

Le texte que vous allez lire est conforme à la nouvelle orthographe.

Le texte que vous allez lire est conforme à la nouvelle orthographe.

Réseau pour la nouvelle orthographe du français, le RENOUVO est une fédération d’associations sans but lucratif qui œuvrent pour diffuser l’information sur la nouvelle orthographe dans le monde francophone. 

Réforme de l’orthographe

Au cours des siècles, la langue française et son orthographe n’ont cessé d’évoluer. Pour commencer, de nouveaux mots et des sens nouveaux sont apparus, tandis que d’autres ont disparu. Ainsi, ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle qu’est apparu le mot calculatrice. Gélule, formé à partir de gél(atine) sur le modèle du mot (caps)ule, est entré dans les dictionnaires au début du XXe siècle.