Qualitexte

Nous rendons vos créations irréprochables.

Demander une relecture

Respecter les règles de l’orthographe est un bon début

Babylone

Babylone

Pour la quasi totalité des mots, une règle existe que l’on peut vérifier, avec un dictionnaire ou à l’aide d’un manuel qui en précise l’usage. Alors, quand un comparse cherche à m’expliquer pourquoi, de son propre chef, il a « décidé » (sic) d’écrire « de toute façon » avec des -s, j’en reste baba.

La règle, c’est la règle. En orthographe comme dans le civil.

« Mais, monsieur l’agent, ce stop ne sert à rien, je vais vous expliquer… »

En somme : je suis au-dessus des lois et je vais vous démontrer que j’ai bien raison.
On entend souvent que les bons résultats en dictée ont à voir avec l’intuition, la mémoire. Ils ont aussi très certainement un rapport avec notre capacité à obéir, à obéir aveuglément ; on parle d’ailleurs de « respect » de la règle. Si l’orthographe n’est plus autant à son avantage que par les lustres passés, c’est sans doute parce que cela fait belle lurette qu’on apprend aux élèves à ne pas obéir « bêtement », à questionner sans cesse l’ordre établi – à tel point que certaines têtes dures prennent plaisir, dès le plus jeune âge, à questionner les enseignants sur le bien-fondé des règles.

Un exemple de modalité d’enseignement de l’orthographe

Parmi la batterie d’exercices proposés en français, il en existe un qui peut conduire à un malentendu durable. Il consiste à proposer une phrase courte à la classe, du type : 

« Paul prendra ses feutres verts à la récréation. »

Ensuite, l’enseignant répertorie au tableau toutes les « écritures » des élèves. Un débat rapide est amorcé par l’enseignant afin d’écarter les écritures impossibles (par ex. « fetres » au lieu de « feutres ») et de confronter les propositions pour justifier les finales muettes, les terminaisons verbales et les accords. Mais que dit l’élève qui a écrit « prandra » ? ou « récréassion » ? Il dit : « on PEUT aussi l’écrire comme ça ». La juxtaposition de toutes ces écritures, parfois toutes erronées, laisse penser à certains que toutes se valent, surtout si elles ne peuvent être écartées par une mince réflexion.

À ce moment du débat, la sentence tombe, dictionnaire sous le bras : « c’est comme ça ! ».

C’est là que l’humilité et le respect doivent prendre le relais, par le recours indispensable aux outils (des dictionnaires, des manuels de grammaire, un traité de ponctuation, un lexique de typographie, etc.), derniers remparts contre cette idée fausse et largement répandue qu’on peut émettre un avis sur tout et n’importe quoi, et que toutes les opinions se valent, du moment qu’elles sont exprimées.

(Visited 189 times, 1 visits today)
Emily Bertrand

About Emily Bertrand

Emily BERTRAND, passionnée de littérature allemande, de didactique et de rock (tendance punk), elle est une autodidacte appliquée dans les domaines du marketing digital, de la programmation et du référencement naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.