Qualitexte

Nous rendons vos créations irréprochables.

Demander une relecture

Les trois meilleurs dictionnaires de langue française

Il n’existe pas UN dictionnaire, mais une multitude de dictionnaires. Je dirais même qu’il existe un dictionnaire par personne, selon le champ disciplinaire de prédilection (médecine ou cuisine ?), l’âge (débutant ou collège ?), la taille de l’appartement (version poche ou en dix volumes ?) ou les langues pratiquées (argot ou latin ?). Alors, qu’est-ce qu’un dictionnaire ?

 

Définition succincte d’un dictionnaire

Un dictionnaire est un ensemble de mots classés dans l’ordre alphabétique et présentant chacun une définition ou une correspondance.

En d’autres termes, c’est un livre de mots, un très gros livre où tous les mots qui existent sont recensés et expliqués.

Comme nous tenons un blog sur le thème de l’orthographe, nous ne parlerons pas des dictionnaires spécialisés, même s’ils sont pléthoriques de nos jours (niches commerciales obligent), du dictionnaire des maladies au dictionnaire amoureux des faits-divers.

L’objectif de cet article est de fournir quelques pistes pour vous aider à choisir un ou plusieurs dictionnaires qui répondent positivement aux questions suivantes :

  1. Ce dictionnaire est-il fiable ? Fait-il autorité ?
  2. Ce dictionnaire est-il complet ? Apporte-t-il des exemples et des nuances d’usage ?
  3. Ce dictionnaire est-il actualisé ?

1. Le Petit Robert de la langue française, sous la direction de J. Rey-Debove et A. Rey, 2015.

Le Petit Robert de la langue française

Le Petit Robert de la langue française

Le Petit Robert (ou Nouveau Petit Robert) se présente comme “un dictionnaire de langue française, d’étymologie, de synonymes et contraires, de citations, d’expressions et locutions, de nuances, de difficultés grammaticales et de la francophonie”, autrefois appelé Robert 1, par complémentarité avec le Robert 2, dictionnaire universel des noms propres.

Alain Rey, lexicographe en chef du Robert, le décrivait ainsi dans la postface de l’édition 2007 :

« L’idéologie de l’élite, des couches supérieures, ignore superbement ou juge sévèrement […] tout autre usage que le sien. Au contraire le Petit Robert est ouvert à la diversité, à la communication plurielle ; il veut combattre le pessimisme intéressé et passéiste des purismes agressifs comme l’indifférence molle des laxismes. Le français le mérite. »

Le Petit Robert est le dictionnaire universitaire par excellence, dont on commence à percevoir la grande utilité en classe de Première quand il s’agit de décortiquer les énoncés de dissertation.

Nous aimons (depuis fort longtemps) : le papier avion, la police de caractère très élégante, les indications de prononciation et d’origine des mots, les phrases d’exemple complices et surtout le nombre d’entrées pour un même mot.

Extrait du Petit Robert 2015 - De nouvelles entrées.

Extrait du Petit Robert 2015 – De nouvelles entrées.

  • Exemple de phrases illustratives pour le mot “whiskey” ou comment enfoncer le clou donner une réputation : 1. “Je courus au bar et je revins avec deux whiskeys.” (Duras) – 2. “Le lendemain matin fut pénible, sans doute à cause des whiskeys de la veille.” (Sagan) Vous noterez, dans ces deux exemples, l’emploi pluriel du mot…

Nous regrettons : le prix élevé qui ne nous permet pas d’investir plus souvent dans l’achat d’un dictionnaire Robert actualisé.

Nous l’avouons : pour nous, le Petit Robert est LE meilleur dictionnaire de français.

 

2. Le Petit Larousse illustré 2015, Éditions Larousse.

Petit Larousse 2015

Petit Larousse 2015

Le Petit Larousse a deux générations de plus que le Petit Robert paru en 1967. Paru en 1905 pour la première fois, le Petit Larousse affiche une ambition pédagogique. En effet, il comprend deux parties : noms communs et noms propres. En outre, il faut compter sur les fameuses “pages roses” du milieu avec les expressions latines (une raison pour choisir l’option latin au collège), les drapeaux de tous les pays du monde, un atlas géographique, une chronologie universelle et, surtout, de grandes planches didactiques (oiseaux, décorations, arbres, corps humain, etc.).

Pour résumer, le Petit Larousse est LE dictionnaire des familles. Il flirte avec l’encyclopédie de poche. C’est le dictionnaire des cruciverbistes qui peuvent accéder facilement aux noms propres les plus courants. Le dictionnaire de l’écolier qui passe son temps libre à reproduire les drapeaux. Le dictionnaire, enfin, des exposés de géographie. Le Petit Larousse n’est pas le meilleur dictionnaire de langue, mais c’est un excellent complément au Petit Robert.

Nous aimons : les planches colorées, les extraits d’atlas géographique et les nombreux schémas explicatifs (rien de tel qu’un schéma pour expliquer ce qu’est un séisme, par exemple).

Nous regrettons : l’absence de linguistique dans les définitions : pas de phonétique (mais depuis peu la possibilité d’entendre la prononciation de n’importe quel mot sur leur site), pas d’indication sur l’origine des mots, pas d’exemple d’usage, sans parler des définitions parfois très insuffisantes.

3. Le Littré, Éditions du Cap, jusqu’en 2003.

Dictionnaire de la langue française Littré, en 3 volumes.

Dictionnaire de la langue française Littré, en 3 volumes.

Parlons enfin du “grand” et “lourd” Littré, dont il faut différencier les versions antérieures des versions abrégées postérieures à 2004, éditées au Livre de Poche sous le nom de “Nouveau Littré”.

Le Littré est le plus ancien des dictionnaires (première parution, chez Hachette, de 1863 à 1872). Il succède ainsi au Dictionnaire de l’Académie, dont il reprend les catalogues de mots, qu’il augmente de plusieurs milliers. C’est aujourd’hui le dictionnaire le plus fourni avec 136 000 entrées ( 60 000 pour le Petit Robert et 87 000 – dont les noms propres – pour le Petit Larousse). A l’origine, le projet du Littré se fondait sur la constitution d’un apport étymologique de référence. Lui ont été reprochés des indications de prononciation désuètes (“our” pour “ours”, par exemple) et son manque d’ouverture pour accueillir les termes issus des nouvelles technologies. Depuis 2004, avec la parution du Petit Littré, il a complètement intégré les recommandations de la Nouvelle orthographe de 1990.

Pour résumer, le Littré ancienne mouture est, plus qu’un dictionnaire, un grand livre destiné aux puristes et amoureux de la langue française. D’ailleurs, on peut se faire une idée de l’usage que l’on peut en faire en allant sur le site du Littré en ligne (suivre le lien en bas de cet article). A gauche de l’écran, on est invité à saisir notre requête dans un cadre et il est précisé : “une requête vide propose un mot au hasard”. Un mot au hasard ? Quelle merveilleuse idée !

Nous aimons : les indications étymologiques, le plaisir d’utilisation, les exemples tirés d’œuvres classiques.

Nous regrettons : le manque de souplesse et de concision dans le cadre d’une utilisation quotidienne, les trois tomes qui en font un dictionnaire fractionné, les nouvelles versions abrégées qui en altèrent la raison d’être.

Les dictionnaires en ligne : quelques recommandations

Tous ces ouvrages existent en version numérique, sous la forme de CD-roms, et sont également accessibles en ligne en version gratuite ou payante :

(Visited 15 664 times, 33 visits today)
Emily Bertrand

About Emily Bertrand

Emily BERTRAND, passionnée de littérature allemande, de didactique et de rock (tendance punk), elle est une autodidacte appliquée dans les domaines du marketing digital, de la programmation et du référencement naturel.

  8 comments for “Les trois meilleurs dictionnaires de langue française

  1. Emily Bertrand
    24 septembre 2016 at 21 h 17 min

    Bonjour, le Larousse fait partie des bons dictionnaires, pour jouer au Scrabble ou comme cadeau à l’entrée au collège (à 12 ans). C’est un dictionnaire “pratique” et ses planches de dessins sont passionnantes à regarder.

  2. jonathan Bienvenue
    4 septembre 2016 at 4 h 15 min

    Personnellement, le Larousse, peu importe quel édition, ce n’est pas un bon outil pour l’étude. Déjà il est interdit au collégiale et à l’université en raison de la conjugaison (page rose) et les noms propres. Il recences très peu de mots à comparé au robert et les définitions sont atrocement réduites et incompréhensibles parfois. J’aurais jamais crut qu’il serait dans les meilleurs dictionnaire. Mal heureusement les éditions complète, à mon avis les meilleurs édition à vie, ne se vende plus vraiment à l’état neuf.

  3. Emily Bertrand
    24 août 2016 at 21 h 14 min

    Bonjour Annick, vous avez raison, le dictionnaire de l’Académie française ne saurait être négligé. C’est un sacré ouvrage, voire un ouvrage sacré ! Cependant, je ne l’ai pas exploré, alors j’ai préféré m’en tenir là, à ces trois dictionnaires plus accessibles, sans doute mieux distribués également. Quant à votre question de savoir s’il est fautif d’utiliser un mot qui serait dans un dictionnaire et non dans un autre, je vous réponds en poète : tout dépend de ce que vous faites de ce mot, de ce qu’il veut vraiment dire et de la personne à qui vous le dites. Et un mot qui ne figurerait dans aucun dictionnaire, le penserez-vous “fautif” ? S’il exprime mieux que tout autre ce que vous voulez dire, vous garderez-vous de le dire ? La “faute”, à mon sens, est plutôt dans le mésusage des mots existants, dans cette confusion et ce manque de précision qui nous trompe et réduit notre vocabulaire.

  4. Annick M.
    6 août 2016 at 12 h 58 min

    Bonjour, j’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt. Je voudrais cependant savoir pourquoi vous ne citez pas le Dictionnaire de l’Académie (tout de même, l’autorité de l’Académie Française ?!…). Par ailleurs, comme on dit maintenant dans les petites classes, je crois, “j’ai une question” : peut-on considérer (et dans quelles circonstances précises) qu’il est fautif d’employer un mot qui figure dans un dictionnaire et pas dans un autre (par exemple, dans le Petit-Larousse mais non dans le Petit-Robert), dire qu’en ce cas, “il n’existe pas”, et ne saurait être employé correctement ? Merci 🙂

  5. Emily Bertrand
    24 juin 2016 at 21 h 20 min

    Bonjour, tout dépend de votre niveau, mais si votre langue est fluide, je vous conseille le Robert qui est très complet et présente de nombreux exemples d’usage. Par ailleurs, ce dictionnaire existe en édition restreinte, par tranche d’âge, ce qui s’avère très pratique.

  6. Laura
    19 juin 2016 at 13 h 56 min

    Bonjour Madame. Merci beaucoup de votre explications sincèrement.
    En fait je suis étudiante étrangère et je fais mes études en France. Je voudrais vous demander votre conseille sur lequel dictionnaire est le plus approprié pour développer mes vocabulaires et l’expression en écrit, l’usages des mots, s’il vous plait.
    Merci beaucoup de votre réponse et je vous souhaite une excellent journée.
    Bien cordialement.

  7. Emily Bertrand
    11 janvier 2016 at 12 h 44 min

    Bonjour Demba et un grand merci pour votre commentaire !
    Si vous travaillez dans l’éducation des enfants, je vous conseille sans hésiter le Larousse illustré qui permettra aux enfants de voir des illustrations des mots recherchés. De plus le Larousse combine les noms commun et les noms propres, ce qui peut être très utile.
    Pour progresser en orthographe, il faut vous armer de discipline et de patience. Je vous conseille la lecture de cet article http://www.qualitexte.fr/progresser-en-orthographe-2/ dans lequel je traite de cette question. Vous pourrez y trouver des tas de conseils et une méthode précise. Bien cordialement, et bonne continuation.

  8. Demba
    9 janvier 2016 at 0 h 30 min

    Bonsoir tres belle explication merci pour ses apports.
    Moi je travail dans l’éducation quel dictionnaire me conseillerez vous ? J’aime developer mon vocabulaire.
    De plus j’ai vue que vous êtes des spécialistes de l’orthographe et moi je ne suis pas tres bon dans ce domaine. Aurez vous dès conseils à me donner.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *