Qualitexte

Nous rendons vos créations irréprochables.

Demander une relecture

Se faire corriger par des professionnels

Se relire pour éviter les fautes les plus courantes

Mémo en 5 points pour se corriger efficacement

– Évacuer les fautes d’orthographe repérées par le logiciel de correction… et relire.

– Augmenter la taille des caractères… et relire.

– Imprimer votre texte… et relire.

– Au besoin, vérifier l’orthographe à l’aide de vrais livres… et relire.

– Enfin, se faire relire.

 

En plus des conseils que nous vous avons déjà donnés ici, là, et aussi à cet endroit-, vous trouverez dans cet article la liste des erreurs les plus fréquentes et des conseils pratiques pour vous relire efficacement.

 

Répertoire des fautes les plus courantes

7 Crocodiles vus d'avion

Ne tombez pas dans les pièges de la langue française !

Ce répertoire des fautes les plus courantes (constitué grâce à un sondage réalisé conjointement par le Projet Voltaire et les Timbrés de l’orthographe) devrait vous aider à vous focaliser sur certains mots et à éviter les plus gros pièges de la langue française.

  • Imprimez cette liste pour plus de confort et gardez-la sous les yeux quand vous devez vous relire.
  • Vérifiez un à un les items. Avez-vous appliqué les bonnes règles dans votre travail ?

Les fautes d’orthographe, grammaire et conjugaison :

– le pluriel des noms composés (56 %) ;
– la distinction entre futur et conditionnel avec « je » (34 %) ;
– le pluriel des nombres (27 %) ;
– le redoublement des consonnes (24 %) ;
– l’accord du participe passé (23 %).

Les fautes dues à l’utilisation d’un traitement de texte :

– les fautes causées par des remaniements de phrase du type “les groupes défavorisés” → “les classes sociales défavorisés” (correction : défavorisées);
– les fautes de typographie dues à une méconnaissance des règles générales de dactylographie ;
– les fautes de frappe.

Conseils pour se relire efficacement

  1. Se mettre en condition et choisir le bon moment. Être patient et intraitable.
  2. Évacuer les fautes d’orthographe lexicale repérées par le logiciel de correction. En cas de doute : vérifier.
  3. Varier la police ou la taille du texte pour ne pas relire plusieurs fois le contenu sous la même forme.
  4. Imprimer et laisser de côté l’écran.
  5. Vérifier l’orthographe à l’aide des ouvrages de référence.
  6. Laisser décanter et revenir plus tard.
  7. Se relire à l’envers pour faire abstraction du sens, en commençant par la dernière page et la dernière phrase.
  8. Se faire relire par le plus de personnes (fiables) possibles.

La relecture par des professionnels : la cerise sur le gâteau

Elle est la garantie d’un service de qualité, car réalisée par des personnes qui sont formées pour cela. En effet, leurs yeux ne naviguent pas de façon “naturelle” sur les mots. Le regard va et vient sur le mot et recherche systématiquement les liens d’accords entre les mots, à l’intérieur d’une phrase ou d’un texte. Les lectures successives par des personnes qui connaissent les règles et les pièges garantissent un résultat irréprochable. Si vous souhaitez des conseils pour choisir le relecteur qui vous convient, suivez le guide !

Quel est le meilleur correcteur professionnel ?

Comment choisir un correcteur professionnel

Pour résumer…

Comment choisir votre correcteur professionnel ?

Alors qu’il existe de nombreux comparatifs de correcteurs automatiques, il est difficile de s’y retrouver dans le nombre phénoménal de correcteurs-relecteurs déclarés sur Internet.

Les professionnels en relecture qui créent leur activité à partir d’Internet tentent toujours de se démarquer et d’offrir des services qui les distinguent de leurs concurrents.

correcteurs anonymes et sous-traités

Essayez d’en apprendre le plus possible sur vos relecteurs avant de leur confier vos textes.

Voyons ce qui les différencie et à quoi vous devez prêter attention lorsque vous choisissez un relecteur :

  • la structure : s’agit-il d’une petite structure (type auto-entreprise ou entreprise individuelle) ou d’une “grosse” entreprise composée de dizaines de relecteurs ?
    Une petite structure aura peut-être des temps de relecture plus longs, mais vous pourrez certainement avoir un contact privilégié avec votre correcteur. D’un autre côté, une grosse structure (nous ne citerons pas de marque) vous fournira un travail sans doute rapide, mais vous n’aurez pas de contact avec votre relecteur qui est, dans la plupart des cas, sous-traité. Vous ne saurez rien de ce qu’est devenu votre texte à partir du moment où vous l’avez envoyé. V
    ous aurez certainement plus de facilité à vous adresser à une petite structure si vous avez rédigé le texte vous-même. Choisissez une structure qui corresponde à votre type de texte.
  • les correcteurs : de qui s’agit-il ? Autrement dit : à qui confiez-vous vos créations ?
    Cherchez sur leur site des références qui pourraient vous en apprendre davantage : photographie, nom, lieu d’exercice, numéro de téléphone, numéro de Siret, profil LinkedIn, page Facebook, profil Google+… Cherchez sur Internet si des avis existent sur le correcteur que vous voulez contacter. Bien sûr, tout le monde peut raconter des histoires sur la toile, mais une prise de contact rapide par téléphone ou par le formulaire de contact devrait vous rassurer immédiatement. Assurez-vous que les correcteurs sont bien les professionnels qu’ils prétendent être et choisissez ceux qui vous paraissent les plus compétents.

    Choisissez des relecteurs qualifiés et fiables.

    Choisissez des relecteurs qualifiés et fiables.

  • les services proposés : “low cost”, “premium”, “retouches”… Que cachent ces mots et comment savoir à quel correcteur vous adresser pour vos besoins particuliers ?
    Certains correcteurs différencient la relecture “simple” (recherche de coquilles et de fautes d’orthographe / conjugaison / grammaire dans un texte où il n’y a rien d’autre ou peu de choses à retoucher) de la relecture “approfondie” (recherche des fautes d’orthographe, grammaire, conjugaison, mais aussi et surtout reformulation et réécriture). Pour choisir votre formule, cernez bien vos besoins et n’hésitez pas à envoyer au relecteur un extrait de ce que vous voulez faire corriger.
  • le temps de correction et les tarifs : quel tarif pour quel temps de livraison ? Quel tarif pour quelle qualité de travail ? 
    Les tarifs de relecture sont, à mon avis, difficiles à lire et encore plus difficiles à comparer. Certains calculent leurs prix selon le type de clients (particulier ou pro), d’autres selon le type de document (un CV sera plus cher qu’un article), d’autres établissent leurs tarifs en fonction du temps de livraison (plus c’est rapide, plus c’est cher). J’ai même vu un relecteur qui établissait ses tarifs en fonction du nombre d’erreurs !
    La plupart associent en réalité plusieurs paramètres pour calculer leurs tarifs : type de correction (simple ou approfondie) x type de clients x longueur du document x temps de livraison, etc. Il est donc très difficile de se repérer. La relecture d’un document court va ainsi coûter beaucoup moins cher chez le correcteur A que chez le correcteur B, alors que pour un document long, elle sera moins chère chez le correcteur B que chez le correcteur A. Dans l’ensemble, il faut bien que les correcteurs qui en vivent s’y retrouvent, alors choisissez le correcteur qui vous arrange le plus en fonction du temps dont vous disposez et du type de document que vous voulez faire relire.

  • les moyens de paiement : quels sont les moyens de paiement qui vous sont proposés ?
    La plupart des relecteurs proposent des règlements par virement ou Paypal, peu proposent de régler par carte bleue, mais tous vous demanderont de payer avant la prestation. En effet, il nous est arrivé à tous de ne pas être payés après des heures de travail. De la même façon que nous payons tous les sites marchands avant de recevoir notre produit.
    Paypal vous permet de payer aussi par carte de crédit, même si vous n’avez pas de compte chez eux, et en toute sécurité. Néanmoins, il faut savoir que Paypal ponctionne une commission pour chaque transaction (par exemple, pour une transaction de 100 euros, la commission s’élève à environ 3 euros). Quant aux virements, les banques facturent des frais supplémentaires à la charge de l’acheteur.

    Servce garanti.

    “En relecture, on n’est jamais mieux servis que par les autres.”

Cinq raisons pour lesquelles Qualitexte est le meilleur correcteur pour vous

Nous sommes une petite structure : nous sommes disponibles et à l’écoute. Quel que soit l’endroit d’où vous nous contactez, vous aurez affaire à nous personnellement pour nous expliquer votre problème. Votre texte reste entre nos mains, dans nos disques durs. Le service après-vente est aussi garanti !

Nous sommes qualifiées pour ce travail : notre triple casquette de compétences (littérature, linguistique et pédagogie) nous a conduites à ne proposer que des corrections “approfondies”. Le client peut nous soumettre des textes de tout niveau de langue. Nous avons l’habitude. Pour un aperçu de nos trombines, c’est par là. Nous vous apportons aussi des conseils pour vous améliorer.

Nous corrigeons tout : nous présentons au client un texte final dont nous sommes fières et que nous pourrions publier en notre nom. Nous corrigeons tous les documents comme si notre réputation en dépendait, mais n’est-ce pas le cas ? Que penseriez-vous d’un médecin qui soignerait votre bronchite avec un sirop contre la toux sans examiner vos poumons ? Vous pouvez lire dans le détail nos méthodes et notre philosophie ici ou encore là.

Nous corrigeons rapidement : chez nous, vous recevez votre CV ou votre lettre de motivation en une heure. Pour un document d’une dizaine de pages, il faudra compter 12 heures. Voir la liste des supports pris en charge et les temps de relecture.

Nos tarifs sont clairs : le paiement s’effectue au mot, et plus vous nous soumettez de texte, moins vous payez. Voir les tarifs.

J’espère que cet article vous a aidé à vous repérer un peu mieux dans la quantité de relecteurs existants afin de faire votre choix.

Si vous avez eu des expériences avec des relecteurs peu professionnels ou au contraire qui vous ont sauvé la mise, rendez-vous sur notre Page Facebook pour partager votre expérience.

Demander une relecture à l’Agence Qualitexte

 

C ‘ E S T   L E   G R A N D   L U X E.

E r g  o n o m i e

D e v i s   i m m é d i a t

S e r v i c e   à   l a   c a r t e

H u m a n i t é

Emily, la machine à reformuler de QualitexteMarie, l'oeil de lynx de Qualitexte

 

N o u s   a v o n s   c o n ç u   p o u r   v o u s   l e   m e i l l e u r.

corriger-mon-texte

Ceci est un aperçu de ce qui peut vous sauver la mise. C’est là que vous devez cliquer.

 

 

Et

dans le cas

probable

où vous ne seriez pas convaincu,

il existe aussi

ces tests.

Nos références pour donner des leçons d’orthographe

Garantir la qualité des corrections apportées

Grand Larousse du XIXe siècle

Des ouvrages de référence

Certaines personnes croient que l’orthographe est soit magique, soit infuse… Certains pensent que les “bons en orthographe” n’ont pas besoin de se relire et que leurs bonnes notes en dictée sont dues à une bonne étoile ou à une fée de la grammaire qui se serait penchée tout sourire sur leur crâne vierge de bébé “comme les autres”.

En réalité, il faut bien avouer que, si des inégalités existent (capacité et sorte de mémoire), même les “bons en orthographe” se relisent et utilisent des sources sûres quand ils ont un doute, ce qui arrive fort souvent.

Quand on veut faire de la relecture, le minimum est de pouvoir offrir au client la garantie de la véracité des corrections apportées : il ne suffit pas d’asséner des règles d’orthographe, encore faut-il les justifier. Et pour ce faire, nous nous servons d’ouvrages de référence (et pas d’Internet).

D’où tirons-nous les leçons d’orthographe et d’usage que nous osons donner ?

Je vous présente les sources et références de Qualitexte, celles qui font de nous des killeuses bêtes en repérage de faute :

1. Le meilleur dictionnaire de français : le PETIT ROBERT → orthographe, étymologie, usage.

2. Un dictionnaire de difficultés : le DICTIONNAIRE DES DIFFICULTÉS DU FRANÇAIS (Hanse et Blampain) → usage correct et incorrect, belgicismes et québécismes.

3. Un répertoire de conjugaison : le fameux NOUVEAU BESCHERELLE → possibles et impossibles temps.

4. Un lexique typographique : l’intéressant LEXIQUE DES RÈGLES TYPOGRAPHIQUES EN USAGE À L’IMPRIMERIE NATIONALE  → règles et usages typographiques.

Un label de qualité en orthographe

Il faudrait un label de qualité ou de conformité “conforme à…” qui garantirait à nos clients la qualité et la conformité de nos conseils et corrections avec les règles et usages en vigueur. Cela n’existe pas encore.